La parole aux groupes politiques

Val info n° 94 - octobre/novembre -2021

Depuis 2017, à Valenciennes, un “Big Brother” à la chinoise’’nous regarde à notre insu !un rapport récent de la CnIL vient, en effet, de dénoncer “le caractère intrusif” que représente l’installation de plus de 300 caméras de surveillance dans la ville offertes gracieusement par le chinois Huawei.. Le rapport souligne « un risque élevé pour les droits et libertés des personnes physiques ». nous nous interrogeons, à juste titre, sur l’usage qui peut être fait d’un matériel de dernière génération aussi sophistiqué, quel que soit l’opérateur. nous souhaitons davantage d’informations sur les données enregistrées. Sécuriser et protéger nos concitoyens dans leurs déplacements est une évidente nécessité et un devoir ! Mais gérer, par ce moyen, l’éventuelle pénalisation du stationnement par exemple, nous semble plus discutable. nous préférons, de loin, une présence humaine renforcée avec, bien sûr, l’assistance de caméras, pour rendre notre ville plus sûre, plus attractive et plus accueillante ! 

Didier LEGRAND, Kostia HUANT, Michel BROUILLARD, groupe "Valenciennes, c'est vous"

« une ville sûre… des caméras qui sécurisent les endroits 24h sur 24… une méthodologie rigoureuse » pouvait-on lire dans l’avant-dernier numéro de Valenciennes Infos... La vitrine de la “safe city” pour la France et pour l’Europe grâce à Huawei. Dormez tranquilles bonnes gens, on veille sur vous! Sauf que la CnIL a fait son travail et rappelé que Valenciennes n’est pas la Chine et la France encore une démocratie : le non-floutage d’espaces privés sont illégaux, le traitement automatisé des immatriculations et des visages par la police municipale le sont tout autant, et les dispositifs Huawei représentent « un risque élevé pour les droits et les libertés des personnes physiques ». Si encore les caméras étaient efficaces, mais même pas : elles interviennent dans moins de 3 % des délits élucidés et leur effet n’a encore jamais été démontré pour dissuader la délinquance, encore moins le terrorisme. une chose est sûre en revanche, elles alimentent bien le marketing politique du maire.

Quentin OMONT, Luce TROADEC, José PRESSOIR, groupe "Valenciennes, verte et solidaire"

Le monde est bouleversé par la prise de pouvoir en Afghanistan par les Talibans, cela entraîne des flux migratoires vers le continent Européen. Certaines municipalités, complètement déconnectées des réalités souhaitent accueillir davantage de migrants, notre position sur le sujet est claire : la France n’a pas vocation à accueillir toute la misère du monde. n’oublions pas que notre pays compte 3 500 000 millions de personnes sans emploi (catégorie A), que 10 millions de nos compatriotes vivent sous le seuil de pauvreté, que nous comptons plus de 300 000 sans abris. Alors, charité bien ordonnée commence par soi-même ! Offrons d’abord une solution à nos compatriotes. pour résumé : nous n’avons rien à faire chez les Afghans et les Afghans n’ont rien à faire chez nous ! 

Chantal PLAQUET, Franck DELOGE, groupe "Défendre les Valenciennois"

C’est très instructif quand des autorités indépendantes se penchent sur la gestion municipale. La Chambre régionale des comptes constate que le conseil municipal n’est pas un lieu de validation des projets mais est une simple chambre d’enregistrement. L’opposition n’est pas associée aux décisions en matière de marchés publics par exemple. Est-il normal que les tarifs de la cantine, des cimetières ne soient pas votés ? quant à la CnIL, elle constate que la vidéosurveillance met à mal le respect des données personnelles, de la vie privée, des droits et des libertés. Elle permet aussi de façon illicite une lecture automatisée des plaques d’immatriculation pour répondre aux requêtes de la police. La vidéo-verbalisation pour renflouer les caisses de la SPL stationnement ? Car c’est le stationnement en voirie qui permet d’équilibrer les déficits des parkings en ouvrage. La vidéosurveillance coûte très cher. une étude indépendante serait bienvenue pour évaluer son bilan et son impact réel. 

Nathalie LORETTE, groupe "Valenciennes, citoyenne"